Surélévation en Chanvre

Paris IV, 2019-2023

La rue du Petit Musc est située au cœur du Marais, quartier historique du centre de Paris. L’opération de restructuration / surélévation concerne un bâtiment construit dans les années 1932, aujourd’hui inoccupé. Il est situé au fond d’une cour et s’élève sur un étage. La cour, entièrement pavée, est de modeste dimension (13 x 17 m environ). Il faut noter qu’elle est très encaissée car cernée d’héberges imposantes, le soleil n’y pénètre que quelques heures l’été et quasiment pas l’hiver.

Notre projet tend à traiter la surélévation et la réhabilitation de l’existant comme un tout, qui respecte « l’écosystème » fragile d’une petite cour pa­risienne située en cœur d’ilot. Ainsi le volume très simple du projet se situe dans le prolongement du bâtiment déjà présent. Nous sommes désireux de nous appuyer sur les qualités de l’existant : les baies neuves reprennent donc le rythme et la largeur de celles du pre­mier étage. Néanmoins l’écriture demeure différente : nous composons des ensembles de deux fenêtres identiques séparées par un panneaux bois encadré de deux meneaux en saillie. Ces ensembles sont soulignés par un linteau bois en partie supérieure qui abrite les mécanismes des stores. Cette modénature, par les différences de nu créées, donne du relief et an­ime la façade de façon contemporaine. Aussi les garde-corps en serrurerie, constitués d’une série de « V » soudés côte à côte, se distinguent des élé­ments existants conservés du premier étage. La façade est principalement en enduit de teinte clair : il nous semble important de ne pas assombrir l’atmosphère de la cour. Cet enduit permet aussi d’assurer une transition en douceur entre l’édifice existant et la surélévation, la corniche et les linteaux du bâti­ment des années 30 étant eux-mêmes enduits de blanc. Ainsi on peut lire un socle de deux niveaux et un « corps » (la surélévation) de 3 niveaux. Ces deux entités sont distinctes mais elles dialoguent en harmonie. Selon nous la fenêtre dans le logement concentre un grand nombre de prob­lématiques ce qui la rend importante et intéressante : elle permet d’éclairer, de voir, d’être ou ne pas être vu, d’aérer, etc. C’est pourquoi nous souhaitons apporter une grande qualité aux ensembles de fenêtres, compris modénatures. Leurs dimensions généreuses, calquées sur celles des croisées existantes, permettent de très bien éclairer naturel­lement les logements, y compris certaines salles de bain. Le bois, matériau noble et qualitatif, est généralement très apprécié des habitants. Le remplissage des murs à ossature bois en béton de chanvre permettra une isolation saine et respirante des logements. La cour est redessinée pour répondre aux nouveaux usages : les pavés sont réutilisés en partie pour les revêtements de sol des cheminements extéri­eurs, une partie de pleine terre est retrouvée pour planter des végétaux. Les arbustes et graminées font office de mise à distance pour les habita­tions du rez-de-chaussée qui sont dotées de petites terrasses de forme semi-circulaires.

 

 

 

Retour en haut